BILAN DES INTOLERANCES ALIMENTAIRES

Les intolérances alimentaires

 A propos de l'auteur Jean Yves Henry Médecin généraliste

Le tube digestif joue un rôle de « barrière perméable » : il laisse passer les nutriments (aliments digérés) permettant les apports nutritionnels journaliers indispensables à la vie. Ce phénomène met en relation permanente notre système immunitaire et les fragments alimentaires digérés. La plupart de ces fragments alimentaires traversant la barrière du tube digestif sont acceptés, « tolérés » par notre organisme et notre système immunitaire.

Les phénomènes d’intolérances alimentaires sont des réactions inappropriées dues à une rupture d’équilibre, un défaut d’adaptation de l’homéostasie. Ces mécanismes s’accompagnent quasi systématiquement d’un trouble de la perméabilité intestinale, elles correspondent à une hypersensibilité de type 3, c’est à dire retardée, dans la classification de Gell et Coombs.

·         digestifs : prurit du palais avec œdème des lèvres (syndrome oral de Lessof), aphtose, nausées et vomissements, ballonnements / flatulences, colique vésiculaire, colite aiguë, constipation / diarrhée…

·         mais aussi de manifestations extra-digestives ORL, comme une rhinite, un asthme, des sinusites, une sécheresse oculaire …

·         ou cutanéo-muqueux : dermite de contact, eczéma, psoriasis, acné, troubles de ongles et des cheveux

·         des troubles locomoteurs : crampes musculaires, fibromyalgies, des arthrites …

·         des troubles cognitifs : migraine, somnolence, hyperactivité, anxio-dépressif …

·         des pathologies dysmétaboliques : crise d’urticaire, des dérèglements thyroïdiens, voir même un choc anaphylactique …

Ces manifestations représentent environ 3 % des problèmes de santé chez l’enfant, elles sont moins fréquentes après l’âge de 15 ans. La sensibilisation peut être très précoce, à partir d’allergènes ingérés par la mère (surtout chez les familles d’atopiques).

On observe une augmentation inquiétante des « intolérances alimentaires ». Celles-ci sont induites par le dérèglement immunitaire (allergie de type 3 : retardée) et les modifications sensibles de nos habitudes alimentaires (céréales à gluten …) ainsi que par la multiplication des additifs (E300 et autres …).

Toujours plus de personnes se disent intolérantes ou allergiques au gluten. Les régimes et aliments « gluten free » font fureur. Pourtant, seul 2% de la population est réellement allergique à cette protéine. Ils souffrent de cœliaquie, une maladie auto-immune. Leur intestin ne digère pas la protéine. Dans leur cas, le seul traitement est l’éviction complète du gluten.

En dehors de ces 2%, certains souffrent de sensibilité non coeliaque au gluten. Pour eux, le diagnostic ne révèle rien. Ils ressentent en revanche des effets bénéfiques après l’exclusion de gluten de leur alimentation.

 La mesure sérique des IgG spécifiques, permet d’avoir une bonne appréciation des hypersensibiltés alimentaires.

 

La mise en évidence d’une intolérance alimentaire implique une attitude simple, en trois ou quatre temps :

1.    l’éviction totale 3 à 12 mois (bien lire les étiquettes des plats préparés), pour les aliments à sensibilité forte 

2.    la rotation, c’est à dire de ne plus manger les mêmes aliments avant 5 jours (tenir un carnet alimentaire), ce qui permet d’éliminer les sensibilités secondaires, non testées 

3.    le test de provocation on peut demander au patient de manger largement d’un seul aliment réactogène, puis on observera les symptômes et la prise de poids dans les 3 à 6 jours qui suivent. 

4.    la réintroduction, un seul aliment à la fois, en micro-doses progressives (prend 4 à 6 semaines par aliment) au bout de 6 mois à un an.

 

 

Bilan proposé au cabinet  pour les adultes et les enfants 

prenez rendez-vous si: 

-Vous vivez des désagréments pénibles qui perturbent votre vie quotidienne.
-Vous êtes dans une période de changement physiologique comme la ménopause.
-Vous souhaitez atténuer certaines complications liées à la vie de sénior.
-Vous souffrez de problèmes de santé comme des maladies chroniques, troubles intestinaux, maladie de Crohn, maladie coeliaque, migraine, eczéma, psoriasis, diabète, fibromyalgie, polyarthrite et douleurs articulaires, musculaires, dorsales ...
-Vous souhaitez perdre et équilibrer votre poids sans effet yo-yo vous assurant ainsi un amaigrissement stable.                                                                                                             -Vous êtes sportif et souhaitez améliorer vos performances et votre récupération physique et diminuer les risques de tendinites et de lésions musculaires.                                                        -Vous souffrez d'une maladie dite de "système" liée à l'environnement et qualifiée de "maladie environnementale".

 

Comment se manifeste une Intolérance alimentaire ?

 

Localisation Symptomatologie
RESPIRATOIRE Troubles respiratoires, rhinite, sinusite, asthme, otite, maux de gorge, toux, enrouement, obstruction par mucosités
GASTRO-INTESTINAL Vomissements, ballonnements, crampes, nausées, sentiments de plénitude, constipation, diarrhée, coliques, côlon irritable, troubles digestifs (estomac, intestin), maladie de Crohn, recto-colite, ulcéro-hémorragique, maladie cœliaque
PEAU ET PHANERES Urticaire, eczéma, dermatite atopique, acné, psoriasis, rougeurs, peau sèche, démangeaisons
SYSTEME NERVEUX CENTRAL Migraine, maux de tête, vertiges, troubles de la concentration, somnolence, dépression, hyperactivité
APPAREIL LOCOMOTEUR Arthrite, douleurs articulaires, musculaires, douleurs dorsales, faiblesse, fibromyalgie, crampes
YEUX Sécheresse des yeux, larmoyants, rougis, paupières enflées, collées
ENDOCRINIEN Diabète de type I, obésité et diabète de type II, thyroïdite
CARDIOVASCULAIRE Hypertension artérielle, athérosclérose
RETENTION EAU ET
PERTURBATION METABOLIQUE
Prise de poids à effet Yo-Yo